Imprimer

Quelles mesures en faveur de l’emploi depuis la crise ?

le 23 03 2018

Illustration Doc'en Poche - Entrez dans l'actu

Doc’ en poche « Entrez dans l’actu » des faits et des chiffres-clés sur des sujets d’actualité pour démêler le vrai du faux.

Collection de poche sur des sujets sociaux, économiques, politiques, culturels ou internationaux, Doc’ en poche « Entrez dans l’actu » vous propose en 30 questions des informations essentielles pour sortir du brouhaha médiatique. Venez découvrir nos autres titres disponibles sur notre catalogue !

Politiques passives, politiques actives

Ce sont les deux catégories de politiques de l’emploi. Les mesures « actives » visent à augmenter le niveau d’emploi et en particulier à favoriser le retour à l’emploi des chômeurs (emplois aidés, formation, flexibilisation du marché du travail). Les mesures « passives » cherchent à atténuer les effets du chômage (indemnisation, dispositifs de préretraite). Depuis les années 1990, les pays européens ont favorisé les mesures « actives ».

Des mesures d’urgence face à la montée du chômage

En France, la prise en charge des chômeurs en fin de droits a été améliorée en 2010. De nouveaux dispositifs d’emplois aidés pour les jeunes et les seniors ont été créés en 2012 (contrat unique d’insertion, contrat d’accompagnement dans l’emploi, emplois d’avenir). La nouvelle majorité veut les réformer. La formation est également mobilisée : en 2016, un plan de 500 000 actions de formations a été lancé ; une autre réforme est prévue en 2018.

Des réformes structurelles du marché du travail

Les lois sur la sécurisation de l’emploi (2013) et sur la formation professionnelle (2014) ont introduit plus de flexibilité en échange de nouveaux droits visant à sécuriser les parcours professionnels. Les ordonnances de septembre 2017 s’inscrivent dans la lignée du « Pacte de responsabilité et de solidarité », ainsi que des lois Macron et El Khomri de la mandature précédente..

Que prévoient les « ordonnances Macron » ?

› › ›Signées par le président de la République le 22 septembre 2017, elles ont pour ambition de réformer le dialogue socialDialogue socialComprend tous les types de négociation, de consultation ou d’échanges d’informations entre les représentants des gouvernements, des employeurs et des travailleurs sur des questions présentant un intérêt commun relatives à la politique économique et sociale. et les relations du travail : les règles de négociation sont modifiées dans les entreprises de moins de 20 et 50 salariés, les indemnités prud’homales pour licenciement abusif répondent désormais à un barème, les champs de négociation dépendant de l’accord d’entreprise (et non plus de l’accord de branche) sont étendus. Les règles de licenciement sont revues de façon à limiter l’importance des vices de forme. Parallèlement, le droit au télétravail a été réaffirmé et les indemnités légales de licenciement revalorisées.

Les mini jobs, une solution d’avenir contre le chômage ?

› › › Depuis le début des années 2000, les « petits boulots » ou « mini jobs » se multiplient dans les économies avancées. Outre les stages, CDD et missions en intérim, se développent de nouvelles formes atypiques d’emplois, comme le travail en free-lance et le cloud working (travail externalisé essentiellement « en ligne »). La durée du travail est souvent très en deçà de la norme du travail à temps plein.

Ces emplois ont été favorisés par des évolutions législatives : statut de l’auto-entrepreneur en France (2008), réglementation concernant les mini jobs en Allemagne (2003). Ils ont l’avantage d’augmenter le nombre de personnes en emploi et la flexibilité pour les entreprises. La précarité et la moindre protection sociale qui leur sont associées sont toutefois régulièrement dénoncées.

Mots clés :

Rechercher

Testez-vous

Communauté vie publique