La culture, un service public ?| vie-publique.fr | Repères | Découverte des institutions

Imprimer

La culture, un service public ?

le 23 11 2016

Illustration Doc'en Poche - Entrez dans l'actu

Doc’ en poche « Entrez dans l’actu » des faits et des chiffres-clés sur des sujets d’actualité pour démêler le vrai du faux.

Collection de poche sur des sujets sociaux, économiques, politiques, culturels ou internationaux, Doc’ en poche « Entrez dans l’actu » vous propose en 30 questions des informations essentielles pour sortir du brouhaha médiatique. Venez découvrir nos autres titres disponibles sur notre catalogue !

Ralentissement de l’effort de l’État

Les crédits pour 2016 du ministèreMinistèreEnsemble des services de l’Etat (administration centrale et services déconcentrés) placés sous la responsabilité d’un ministre. de la Culture (hors avances à l’audiovisuel public) s’élèvent à 3,433 milliards d’euros (+ 0,2 %). Ils représentent à nouveau moins de 1 % du budget de l’État. Le ministère de la Culture finance un important réseau d’établissements culturels. Ainsi, dans le domaine du théâtre, il subventionne à 70 % les cinq théâtres nationaux et à plus de 50 % les 39 centres dramatiques nationaux ou régionaux. Il aide aussi les industries culturelles (cinéma, musique) et soutient les recherches esthétiques (commandes publiques dans les domaines de la peinture et de la sculpture).

Affirmation du rôle des villes comme acteur culturel majeur

Depuis la fin des années 1990, les collectivités territoriales jouent un rôle prédominant dans l’effort public en faveur de la culture (7,64 milliards d’euros en 2010). La part de leur budget consacrée à la culture est supérieure à celle de l’État : en 2010, elle s’élevait à 2,1 % pour les départements, 2,7 % pour les régions et 8,0 % pour les communes de plus de 10 000 habitants. Ces dernières dépensaient alors 4,55 milliards d’euros, soit en moyenne 148 euros par habitant et par an (Chiffres clés de la culture 2016). Pour les métropoles, le rayonnement culturel est devenu un atout dans la compétition internationale. Le succès rencontré par les « Capitales européennes de la culture » (ex. : Lille en 2004 ou Marseille en 2013) en témoigne.

Les emplois de la culture

› › › Peu de secteurs ont connu une expansion aussi forte : de 250 000 emplois en 1982 à 579 500 en 2013. Les arts visuels et métiers d’art (188 369) et le spectacle vivant ou audiovisuel (184 175) offrent les débouchés les plus importants (Chiffres clés de la culture 2016).

Intermittents du spectacle : un statut à refonder ?

› › › Défini depuis les années 1960 par les annexes VIII et X au règlement général de l’assurance-chômage, ce statut permet aux artistes et techniciens du spectacle de bénéficier d’un régime d’indemnisation qui tient compte du caractère discontinu de leur activité. L’accord interprofessionnel du 22 mars 2014 prévoyait une augmentation du différé d’indemnisation (jours de carence), une hausse des cotisations patronales et salariales, et la limitation du cumul indemnités-salaire. Après une forte mobilisation des intermittents, le Premier ministre a annoncé en juin 2014 l’ouverture d’une concertation destinée à « refonder » le régime de l’intermittence. Première étape, la loi du 17 août 2015, relative au dialogue socialDialogue socialComprend tous les types de négociation, de consultation ou d’échanges d’informations entre les représentants des gouvernements, des employeurs et des travailleurs sur des questions présentant un intérêt commun relatives à la politique économique et sociale. et à l’emploi, a inscrit le régime des intermittents dans le Code du travail. Deuxième étape, l’accord du 28 avril 2016 a ouvert des droits à indemnisation à partir de 507 heures travaillées sur 12 mois (au lieu de 10).

Les Français, ces comédiens

› › › On compte près de 1 600 troupes de théâtre amateur en France, pour environ 20 000 comédiens amateurs (source : Fédération nationale des compagnies de théâtre et d’animation).

Mots clés :

Rechercher