Des finances publiques en péril ?| vie-publique.fr | Repères | Découverte des institutions

Imprimer

Des finances publiques en péril ?

le 23 11 2016

Illustration Doc'en Poche - Entrez dans l'actu

Doc’ en poche « Entrez dans l’actu » des faits et des chiffres-clés sur des sujets d’actualité pour démêler le vrai du faux.

Collection de poche sur des sujets sociaux, économiques, politiques, culturels ou internationaux, Doc’ en poche « Entrez dans l’actu » vous propose en 30 questions des informations essentielles pour sortir du brouhaha médiatique. Venez découvrir nos autres titres disponibles sur notre catalogue !

Une réduction du déficit meilleure que prévu

En 2015, la situation des finances publiques s’est améliorée. Le déficit publicDéficit publicSoldes budgétaires cumulés des administrations centrales, locales et de sécurité sociale. a été réduit à 3,6 % du PIB (contre 4 % en 2014), soit mieux que les 3,8 % prévus. Le gouvernementGouvernementOrgane collégial composé du Premier ministre, des ministres et des secrétaires d’Etat chargé de l’exécution des lois et de la direction de la politique nationale. table sur un déficit de 3,3 % en 2016 et 2,7 % en 2017. La dette publiqueDette publiqueEnsemble des dettes de l’Etat résultant des emprunts que ce dernier a émis ou garantis. a continué de croître mais plus lentement pour atteindre 95,7 % du PIB contre 95,3 en 2014 (78,1 % en 2009). Au 1er trimestre 2016, elle s’établit à 97,5 % du PIB (2 137 milliards).

Moindre croissance des dépenses

La France n’a pas exécuté de budget en excédent depuis 1974. Le poids de la dette publique a quadruplé depuis 1980, malgré la hausse du taux des prélèvements obligatoiresPrélèvements obligatoiresEnsemble des impôts et des cotisations sociales perçus par les administrations publiques. (impôts et cotisations sociales par rapport au PIB). Cependant, ce dernier semble en voie de stabilisation à 44,5 % en 2015 contre 44,8 % en 2014. En même temps, la croissance des dépenses publiques ralentit (+ 1,4 %) pour s’établir à 56,8 % du PIB en 2015 (Insee) et 55,1 % prévus en 2016 (Minefi).

Les recommandations européennes

Cette situation n’est pas propre à la France : la plupart des pays développés ont vu leur dette publique croître depuis le premier choc pétrolier en 1973. La crise de 2007-2009 a donné une nouvelle accélération à cette tendance. Afin de sortir de cette spirale, le Conseil de l’Union européenne a recommandé à la France de réduire progressivement le déficit à 2,8 % en 2017.

Dette, déficit : de quoi parle-t-on ?

› › › Le déficit public décrit une situation où les dépenses des administrations publiques (État, administrations de Sécurité sociale, collectivités territoriales) sont supérieures à leurs recettes. Le déficit est un flux, c’est-à-dire une grandeur économique mesurée au cours d’une période donnée, par exemple une année. Le gouvernement se tourne alors vers les marchés financiers pour qu’ils lui prêtent de l’argent. L’État émet des titres de créances publiques.

La dette publique est un stock, mesuré à un moment donné. Elle est essentiellement constituée de la somme des déficits publics accumulés.

Le déficit et la dette en chiffres
2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016(1)
Déficit public (en milliards d’euros) -136 -105 -100 -85 -85 -77 ./.
(en % du PIB) -6,8 -5,1 -4,8 -4,0 -4,0 -3,6 -3,3
Dette publique (en milliards d’euros 1 633 1 755 1 869 1 954 2 040 2 097 ./.
(en % du PIB) 81,7 85,2 89,6 92,4 95,3 96,1 96,2
Croissance du PIB (en volume, en %) 2,0 2,1 0,2 0,6 0,6 1,3 1,5

(1) Prévisions

Sources : Cour des comptes, La situation et les perspectives des finances publiques, juin 2016. Pour 2016, Minefi, Programme de stabilité 2016-2019.

Le saviez-vous ?

› › › La loi de financesLoi de financesLoi qui détermine, pour un exercice (une année civile), la nature, le montant et l’affectation des ressources et des charges de l’État, ainsi que l’équilibre budgétaire et financier qui en résulte. pour 2016 confirme la suppression de la tranche d’imposition au taux de 5,5 % décidée en 2015. La première tranche débute désormais à 9 700 euros (au lieu de 6 011), au taux de 14 %.

Mots clés :

Rechercher