Imprimer

Quelle offre de logement ?

le 23 04 2018

Illustration Doc'en Poche - Entrez dans l'actu

Doc’ en poche « Entrez dans l’actu » des faits et des chiffres-clés sur des sujets d’actualité pour démêler le vrai du faux.

Collection de poche sur des sujets sociaux, économiques, politiques, culturels ou internationaux, Doc’ en poche « Entrez dans l’actu » vous propose en 30 questions des informations essentielles pour sortir du brouhaha médiatique. Venez découvrir nos autres titres disponibles sur notre catalogue !

35,7 millions de logements

Au 1er janvier 2017, on comptait en France (hors Mayotte) 35,7 millions de logements (+ 0,8 % par rapport à 2016). 82,1 % étaient des résidences principales, c’est-à-dire occupées de façon régulière et à titre principal par au moins une des personnes du ménage. La part des résidences secondaires ou occasionnelles connaît depuis une dizaine d’années une certaine stabilité (9,5 % en 2017 contre 9,7 % en 2005), alors que celle des logements vacants tend à remonter (8,4 % en 2017 contre 6,3 % en 2005). 56 % des logements relèvent de l’habitat individuel. En 2017, 57,7 % des ménages étaient propriétaires de leur résidence principale (contre 35 % environ dans les années 1950) et 39,9 % locataires (22,9 % dans le secteur locatif privé et 17,0 % dans le secteur social) (source : Insee).

De l’exode rural à l’exode urbain

Dans les années d’industrialisation, du XIXe siècle jusque vers 1970, la France a connu un exode rural. Il a concerné quelque 12 millions de personnes. Depuis 1970, la population s’est accrue, les normes d’habitat appliquées sont devenues plus exigeantes et l’espace dans les zones les plus densément peuplées s’est fait rare. Un déplacement de l’habitat vers des zones de plus en plus éloignées des centres-villes s’en est suivi. L’« exode urbain » a déjà concerné plus de 5 millions de personnes.

Un confort qui s’améliore

› › › Depuis les années 1950-1960, toute une série de mesures (destruction des bidonvilles, nouvelles normes d’habitabilité pour les logements neufs…) ont permis une nette amélioration du niveau de confort des logements. En 2015, seulement 1 % des résidences principales en métropole étaient dépourvues d’au moins un des éléments de confort suivants : W.-C. intérieurs, salle d’eau avec douche ou baignoire, eau chaude, contre environ 15 % en 1984. Toutefois, on comptait encore 4,5 % de logements ne disposant pas de chauffage central ou électrique et 21,6 % étaient jugés difficiles ou trop coûteux à chauffer par leurs occupants (source : Insee 2018).

Le logement, un secteur économique en difficulté

› › › Le logement est un secteur économique important mais qui connaît des difficultés : les mises en chantier (construction neuve ou sur logement existant) ont ainsi augmenté de plus de 10 % en 2016, retrouvant leur niveau de 2013. En revanche, le nombre d’emplois (salariés et non-salariés) dans la construction continue à baisser (– 7,5 % entre 2011 et 2016) pour atteindre un effectif total de 1,64 million (source : Insee).

Le saviez-vous ?

› › › La hausse des dépenses de loyer continue de ralentir. Depuis le pic d’augmentation de l’année 2005 (+ 5,6 %), l’évolution des prix des loyers a été limitée à 0,2 % entre septembre 2016 et septembre 2017 (source : Insee).

Mots clés :

Rechercher