La mondialisation, facteur d’inégalités ?| vie-publique.fr | Repères | Découverte des institutions

Imprimer

La mondialisation, facteur d’inégalités ?

le 23 11 2016

Illustration Doc'en Poche - Entrez dans l'actu

Doc’ en poche « Entrez dans l’actu » des faits et des chiffres-clés sur des sujets d’actualité pour démêler le vrai du faux.

Collection de poche sur des sujets sociaux, économiques, politiques, culturels ou internationaux, Doc’ en poche « Entrez dans l’actu » vous propose en 30 questions des informations essentielles pour sortir du brouhaha médiatique. Venez découvrir nos autres titres disponibles sur notre catalogue !

Le coût pour l’emploi en France

La mondialisation a favorisé des délocalisations qui se sont traduites par des fermetures d’usines et des licenciements. On comptait 3,12 millions d’emplois salariés dans l’industrie fin 2015 contre 5,5 millions fin 1977. En parallèle, alors que les pays de la zone euroEuroMonnaie unique de plusieurs Etats membres de l’Union européenne qui forment la zone euro. représentent plus de la moitié du déficit commercial français (hors matériel militaire) en 2015, les importations en provenance des pays émergents augmentent. Ces importations concernent les secteurs ayant perdu le plus d’emplois, comme le textile ou les biens d’équipement ménager.

Et pour le reste du monde

La mondialisation favoriserait les détenteurs de capital (actionnaires) au détriment des salariés, en particulier du secteur industriel. Elle permettrait également à l’écart de développement entre pays du Nord et du Sud de persister, voire d’empirer. Cependant, entre 1981 et 2012, plus de 1 milliard de personnes dans le monde sont passées au-dessus du seuil d’extrême pauvreté (1,90 dollar par jour) au moment où la population mondiale passait de 4,5 à 7 milliards. Enfin, la prédominance de certains modèles culturels (États-Unis) ou la surexploitation des ressources naturelles encouragée par la mondialisation font également débat. L’exigence d’une véritable gouvernance mondiale, assurant une gestion concertée et responsable de la mondialisation, est née de ce constat.

Les Français et la mondialisation

Avec laquelle des deux affirmations suivantes êtes-vous le plus d’accord ?

La mondialisation est une menace pour la France : 58 %

La mondialisation est une opportunité pour la France : 41 %

Source : Ipsos/Steria, « Fractures Françaises Vague 4 : 2016 », avril 2016.

Mondialisation, globalisation et gouvernance

› › › Le mot mondialisation est davantage utilisé par les économistes et analystes francophones, tandis que celui de globalisation est privilégié par les auteurs anglo-saxons.

Dans le domaine économique, ces termes désignent l’ouverture à la compétition internationale d’économies elles-mêmes libéralisées ou en voie de l’être. Dans le domaine culturel, ils soulignent la prédominance du modèle occidental. Le libéralisme en serait le principe idéologique dominant et la démocratie représentative, son organisation politique privilégiée.

De nombreuses voix appellent désormais à une meilleure gouvernance de la mondialisation. Ce mot remonte au français du Moyen Âge. Il a été remis à l’honneur dans les années 1990, par les auteurs anglo-saxons, pour désigner « l’art ou la manière de gouverner ».

Le saviez-vous ?

› › › Selon une étude controversée de l’ONG Oxfam, près de 50 % des richesses mondiales seraient détenues par 1 % de la population. Pour Thomas Piketty, auteur du Capital au XXIe siècle, ce phénomène de concentration des patrimoines explique le retour à un niveau d’inégalités de propriété proche de celui des sociétés occidentales au début de la révolution industrielle.

Mots clés :

Rechercher