Imprimer

Une société plus violente ?

le 23 avril 2018

Illustration Doc'en Poche - Entrez dans l'actu

Doc’ en poche « Entrez dans l’actu » des faits et des chiffres-clés sur des sujets d’actualité pour démêler le vrai du faux.

Collection de poche sur des sujets sociaux, économiques, politiques, culturels ou internationaux, Doc’ en poche « Entrez dans l’actu » vous propose en 30 questions des informations essentielles pour sortir du brouhaha médiatique. Venez découvrir nos autres titres disponibles sur notre catalogue !

Les atteintes aux biens : vols et dégradations

En 2016, on constate une tendance à la baisse sur le territoire métropolitain de plusieurs types d’atteintes aux biens : cambriolages, vols avec violence, vols de voiture. Seuls deux indicateurs sont à la hausse : les fraudes sur les comptes bancaires et les vols de vélos (enquête Cadre de vie et sécurité 2016, Insee et ONDRP). L’ensemble des atteintes aux biens passe ainsi de près de 7,5 millions en 2010 à 6 millions en 2016.

Des violences aux personnes majoritairement non crapuleuses

Selon le bilan statistique « Insécurité et délinquance » du ministèreMinistèreEnsemble des services de l’Etat (administration centrale et services déconcentrés) placés sous la responsabilité d’un ministre. de l’Intérieur, en 2016, le nombre de coups et blessures volontaires enregistrés par les forces de sécurité s’élève à 214 800. Dans la plupart des cas, ces violences n’ont pas le vol pour objet (ex. : violences intrafamiliales, sur le lieu de travail, etc.). Sur le long terme, on observe un recul régulier du nombre des homicides : 892 en 2016 (dont près de 90 victimes d’attentats) contre 1 600 en 1995, alors même que la population française est passée dans le même temps de 59 à 66 millions d’habitants.

Une baisse en trompe-l’œil des actes racistes, antisémites et antimusulmans

› › › Selon un bilan présenté le 31 janvier 2018 par le ministre de l’Intérieur, on observe en 2017 une baisse des faits racistes (de 608 faits en 2016 à 518 en 2017, soit – 14,8 %), des faits antimusulmans (de 185 à 121, soit – 34,5 %) et des faits antisémites (de 335 à 311 faits, soit – 7,2 %). Cette baisse globale ne doit cependant pas masquer l’augmentation des faits relevant de la sous-catégorie des actions violentes, qui sont quant à elles en hausse, notamment les actions à caractère antisémite (97 actions en 2017, après 77 en 2016).

Des violences conjugales toujours silencieuses ?

› › › Chaque année, une enquête de victimation menée conjointement par l’Insee et l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) permet de mieux appréhender le nombre de victimes de violences conjugales. En 2015-2016, on évalue ce nombre à 558 000, dont 74 % de femmes. Faisant l’objet de peu de plaintes, ces violences sont souvent mal connues des forces de l’ordre. On estime ainsi que moins de 10 % des femmes agressées physiquement ou sexuellement par leur conjoint portent plainte. Mais les victimes brisent de plus en plus le silence, notamment à la suite de campagnes de sensibilisation (source : La criminalité en France, rapport 2015 de l’ONDRP).

Mots clés :

Rechercher